Back to top
Babouins qui s'épouillent © MNHN - F-G Grandin

Babouin de Guinée

Le babouin de Guinée, Papio papio, vit dans la savane africaine. Il passe la plupart de son temps au sol. Il peut parcourir jusqu’à 8 km sur quatre pattes et ne grimpe dans les grands arbres que pour dormir.

Fiche d'identité

Classe, ordre et famille :

Mammifères, Primates, Cercopithécidés

Genre :

Papio

Espèce :

papio

Durée de vie :

35 ans

Taille et poids :

80 cm de long ; 40 kg maximum 

Gestation :

6 mois, 1 petit

Habitat naturel :

savane arborée

Régime alimentaire :

racines, tubercules, fruits, petits mammifères, invertébrés…

Région d'origine :

Afrique de l’Ouest (Guinée, Sénégal, Gambie)

Programme de conservation :

EEP

Statut UICN : 

NT, quasi menacé

Mode de vie

Les babouins de Guinée passent la nuit en troupes de 40 à 100 individus, à l’abri des prédateurs, dans les arbres ou sur un promontoire rocheux. La journée, ils se divisent en petits groupes (harem) et descendent au sol chercher la nourriture. Ils se nourrissent volontiers dans les champs et sont souvent chassés ou empoisonnés par les cultivateurs. En plus d’un large répertoire de cris, ils communiquent entre congénères par des clignements d’yeux, des mouvements d’oreilles et de lèvres, des bâillements, des regards fixes… Le toilettage, outre son rôle de “nettoyage” permet de consolider les liens affectifs entre babouins. Ils se toilettent d’autant plus souvent qu’ils s’apprécient, jusqu’à former de véritables groupes de toilettage.

Une hiérarchie très stricte régit les groupes. Un mâle dirige un harem de 1 à 4 femelles avec leurs petits. Lui-même possède un rang au sein des différents mâles. On observe ainsi, dans les rassemblements de groupes, des interactions sociales extrêmement complexes. Une jeune femelle pourra rester dans le clan et occupera plus tard la place sociale de sa mère. À sa maturité sexuelle, un mâle devra, lui, quitter ses parents pour rejoindre un autre groupe.

Signes distinctifs

Des cinq espèces de babouins, le babouin de Guinée est le plus petit. Sa face noire et glabre est allongée comme le museau d’un chien Le mâle est beaucoup plus gros et plus grand que la femelle et possède de longues canines pouvant mesurer 5 cm. Son pelage est plus dense et fourni que celui des femelles, notamment sur la nuque et les épaules.

Les fesses des babouins sont nues avec des callosités. Celles des femelles deviennent rouges et gonflées en période de reproduction, signalant au mâle que le moment de s’accoupler est venu !

Anecdote

Les babouins de la Réserve Zoologique de la Haute-Touche font partie des derniers babouins de Casamance au sud du Sénégal. Se nourrissant volontiers de graines et de racines, ils représentent un fléau pour les champs cultivés. Les cultivateurs chassent donc ces dévastateurs de plantations.

Les membres fondateurs de ce groupe proviennent d’une troupe plus importante originaire du Parc zoologique de Paris. Une étude comportementale s’appuyant sur des critères de sélection très rigoureux reposant sur l’intensité des liens sociaux au sein des groupes de toilettage, a permis de ne pas perturber la structure d’origine tout en constituant, à la Haute Touche, un groupe socialement stable.

Les babouins se reproduisent très bien en parcs zoologiques et, pour éviter un trop fort taux de consanguinité, une liste internationale de tous les individus et de leurs liens de parenté est tenue à jour.

Babouins qui s'épouillent © MNHN - P. Roux
Babouins de Guinées © G. Proust
Babouins de Guinée © MNHN - P. Roux
Babouins qui s'épouillent © MNHN - F-G Grandin